back_to_top
  • Activités, Sensibilisation, Volontariat

    Publicado el 22 février 2013

    Escrito por admin

    Tags

    ,

    En lisant les commentaires de Caroline Lamaire sur Kentaja : une leçon de vie, j’ai revécu mon expérience sur ce continent que l’on appelle l’Afrique, plus précisément à Nkongsamba, une ville située à environ 120 km de Douala.

    Le 11 juillet 2012, je me suis rendu pour la première fois en Afrique, au Cameroun, et durant les 6 h 30 de vol (au départ de Paris), milles pensées, angoisses et doutes, comme la barrière de la langue, m’ont traversé l’esprit, jusqu’à ce que la descente d’avion me ramène à la réalité : l’humidité et la chaleur suffocante d’une part, et la couleur de peau totalement différente de la population d’autre part. Un contraste heureux et saisissant.

    Je suis arrivé à l’association Kentaja, à Nkongsamba, durant la saison des pluies. Là-bas, j’ai rencontré un groupe de personnes qui m’a accueilli comme si l’on se connaissait depuis toujours, en faisant toutefois preuve d’une grande curiosité à l’égard de nouveau venu que j’étais. Et ma curiosité était tout aussi grande, sinon plus.

    Je me souviens avoir passé les premières heures dans l’expectative, mais en dialoguant avec eux, je leur ai fait part de mon désir d’être considéré comme l’un des leurs, malgré ma couleur de peau. J’ai ajouté que je voulais être comme un ballon de football dans lequel tout le monde pouvait « donner un coup de pied » pour arriver à leur but. Et ce fut le cas. Leur tempérament, leur sourire leur dévouement m’ont séduit. Ce fut merveilleux!

    J’ai pu ainsi aller au marché à ciel ouvert, sous la pluie et dans la boue, parler avec la population qui vendait ses produits, partager le peu qu’ils ont à offrir, recevoir de l’affection sans même en demander, écouter et essayer de comprendre ses préoccupations, visiter des recoins de la forêt où travaillent le père Michel, le père Frédérick ainsi que d’autres collaborateurs, dans des conditions difficiles, tout en étant à l’écoute de leurs paroissiens, etc. J’ai même pu observer le grand respect qu’ils accordent aux enfants et surtout aux personnes âgées, source d’expérience et de savoir. Ce fut une grande expérience personnelle, physique et spirituelle, que je cultive encore chaque jour dans un monde aussi difficile que le nôtre. Ce fut un cadeau exceptionnel.

    Et si les lecteurs me le permettent, j’aimerais résumer par écrit les quelques mots que je leur ai dédié le jour de mes 66 ans, ainsi que mes sentiments à la veille de mon départ pour Barcelone :

    Lorsque le temps passé a été un cadeau du ciel, comme ce fut mon cas ici, et que vient le moment de dire adieu, un sentiment de tristesse nous envahit.

    Quand José Luis* m’a proposé d’aller au Cameroun, je lui ai répondu que je m’étais inscrit au voyage avec enthousiasme mais, à mesure que la date de départ s’approchait, je sentais croître la peur de l’inconnu.

    Aujourd’hui, non seulement ma peur s’est envolée, mais j’aimerais également être accepté comme l’un des vôtres, au Cameroun, un pays que je porte dans mon cœur, car j’ai vécu ici l’une des plus belles expériences de ma vie.

    Chose incroyable, je fête aujourd’hui mes 66 ans parmi vous et je remercie Dieu d’être là au milieu de ce groupe merveilleux. En ce jour, votre amitié, votre amour et la joie que vous transmettez à travers vos sourires larges et sincères qui tranchent avec la magnifique couleur de votre peau, sont les plus beaux cadeaux que je puisse recevoir.

    Et au plus profond de vous, ils irradient la PAIX, le dévouement, l’amour et la volonté d’accomplir son devoir, à chaque instant, avec abnégation.

    Aux plus jeunes d’entre vous : merci d’avoir accueilli une personne bien plus âgée que vous. Assurément, votre rencontre et la fraîcheur de votre jeunesse ont été un don du ciel dont j’ai pu tirer une leçon essentielle : toujours être à l’écoute des autres, sans qu’on nous le demande. Et aux adultes : merci d’avoir accepté ma présence parmi vous et de votre amitié sincère.

    J’ai sûrement fait des choses qui ont pu vous déplaire ou j’ai pu commettre des erreurs par ignorance. Je vous prie de ne pas m’en tenir rigueur.

    Je voudrais conclure par les mots prononcés par Saint Paul aux Corinthiens (13,11-13) : « En définitive, frères, soyez dans la joie, cherchez la perfection, encouragez-vous, soyez d’accord entre vous, vivez en paix, et le Dieu d’amour et de paix sera avec vous. Exprimez votre amitié en échangeant le baiser de paix. Tous les fidèles vous disent leur amitié. Que la grâce du Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu et la communion de l’Esprit Saint soient avec vous tous. »

    Voilà ! Kentaja existe, ses membres sont une bénédiction et ces enfants, comme nous, n’ont pas demandé à naître. Leurs parents comme les nôtres leur ont donné la vie. Chacun d’entre nous est né à des endroits différents, c’est pourquoi aucune comparaison n’est possible. Il n’y a ni meilleur, ni pire : nous sommes différents, et c’est ce qui fait la richesse de la vie.

    Esteban Rifá.

    (*) Note au lecteur : José Luis Fernández, prêtre du diocèse de Barcelone, possède plus de 50 ans d’expérience au Cameroun et avec l’association Kentaja. C’est grâce à lui, au père Michel et à d’autres contributions que Kentaja existe aujourd’hui

  • 0 Comentarios

    Hecha un vistazo a algunas de las respuestas que hemos recibido de este artículo.

  • Deja una respuesta

    Haznos saber que opinas.

  • Name (required):

    Email (required):

    Website:

    Mensaje:


    5 + = dix

PHVsPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hYm91dDwvc3Ryb25nPiAtIDwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2Fkc19yb3RhdGU8L3N0cm9uZz4gLSB0cnVlPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fYWRfMzAwX2Fkc2Vuc2U8L3N0cm9uZz4gLSA8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZF8zMDBfaW1hZ2U8L3N0cm9uZz4gLSBodHRwOi8vd3d3Lndvb3RoZW1lcy5jb20vYWRzL3dvb3RoZW1lcy0zMDB4MjUwLTIuZ2lmPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fYWRfMzAwX3VybDwvc3Ryb25nPiAtIGh0dHA6Ly93d3cud29vdGhlbWVzLmNvbTwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2FkX2ltYWdlXzE8L3N0cm9uZz4gLSBodHRwOi8vd3d3LmFmcmljYWVzcGVyYW56YS5jb20vd3AtY29udGVudC90aGVtZXMvb3BlbmFpci9vcGVuLWFpci9pbWFnZXMvYWQuZ2lmPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fYWRfaW1hZ2VfMjwvc3Ryb25nPiAtIGh0dHA6Ly93d3cuYWZyaWNhZXNwZXJhbnphLmNvbS93cC1jb250ZW50L3RoZW1lcy9vcGVuYWlyL29wZW4tYWlyL2ltYWdlcy9hZC5naWY8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZF9pbWFnZV8zPC9zdHJvbmc+IC0gaHR0cDovL3d3dy53b290aGVtZXMuY29tL2Fkcy93b290aGVtZXMtMTI1eDEyNS0zLmdpZjwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2FkX2ltYWdlXzQ8L3N0cm9uZz4gLSBodHRwOi8vd3d3Lndvb3RoZW1lcy5jb20vYWRzL3dvb3RoZW1lcy0xMjV4MTI1LTQuZ2lmPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fYWRfaW1hZ2VfNTwvc3Ryb25nPiAtIGh0dHA6Ly93d3cud29vdGhlbWVzLmNvbS9hZHMvd29vdGhlbWVzLTEyNXgxMjUtNC5naWY8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZF9pbWFnZV82PC9zdHJvbmc+IC0gaHR0cDovL3d3dy53b290aGVtZXMuY29tL2Fkcy93b290aGVtZXMtMTI1eDEyNS00LmdpZjwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2FkX3VybF8xPC9zdHJvbmc+IC0gaHR0cDovL2V4YW1wbGUuY29tPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fYWRfdXJsXzI8L3N0cm9uZz4gLSBodHRwOi8vZXhhbXBsZS5jb208L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZF91cmxfMzwvc3Ryb25nPiAtIGh0dHA6Ly93d3cud29vdGhlbWVzLmNvbTwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2FkX3VybF80PC9zdHJvbmc+IC0gaHR0cDovL3d3dy53b290aGVtZXMuY29tPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fYWRfdXJsXzU8L3N0cm9uZz4gLSBodHRwOi8vd3d3Lndvb3RoZW1lcy5jb208L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZF91cmxfNjwvc3Ryb25nPiAtIGh0dHA6Ly93d3cud29vdGhlbWVzLmNvbTwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2FsdF9zdHlsZXNoZWV0PC9zdHJvbmc+IC0gZGVmYXVsdC5jc3M8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hcmNoaXZlczwvc3Ryb25nPiAtIDwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2FzaWRlc19jYXRlZ29yeTwvc3Ryb25nPiAtIFNlbGVjdCBhIGNhdGVnb3J5OjwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2F1dGhvcjwvc3Ryb25nPiAtIGZhbHNlPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fYXV0b19pbWc8L3N0cm9uZz4gLSBmYWxzZTwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2Jpbzwvc3Ryb25nPiAtIDwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2NhdF9taWRfMTwvc3Ryb25nPiAtIGZhbHNlPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fY2F0X21pZF8zPC9zdHJvbmc+IC0gZmFsc2U8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19jYXRfbWlkXzQ8L3N0cm9uZz4gLSBmYWxzZTwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2NhdF9taWRfNTwvc3Ryb25nPiAtIGZhbHNlPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fY2F0X21pZF82PC9zdHJvbmc+IC0gZmFsc2U8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19jYXRfbWlkXzc8L3N0cm9uZz4gLSB0cnVlPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fY2F0X3RodW1iX2hlaWdodDwvc3Ryb25nPiAtIDE0MDwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2NhdF90aHVtYl93aWR0aDwvc3Ryb25nPiAtIDIwNzwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2NvbnRlbnQ8L3N0cm9uZz4gLSBmYWxzZTwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2NvbnRlbnRfZmVhdDwvc3Ryb25nPiAtIGZhbHNlPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fY3VzdG9tX2Nzczwvc3Ryb25nPiAtIC5hZmNvbnRhY3R7Zm9udDoxLjFlbSBHZW9yZ2lhLCBcIlRpbWVzIE5ldyBSb21hblwiLCBUaW1lcywgc2VyaWY7IGNvbG9yOiM0ODRhNGI7fQ0KLmFmY29udGFjdCBzcGFue21hcmdpbjowOyBwYWRkaW5nOjA7fQ0KLnRpdHVsb2NvbnRhY3R7Zm9udDoxLjhlbSBHZW9yZ2lhLCBcIlRpbWVzIE5ldyBSb21hblwiLCBUaW1lcywgc2VyaWY7IGNvbG9yOiM5MjliYTM7IHBhZGRpbmctYm90dG9tOjVweDsgcGFkZGluZy10b3A6MTVweDt9DQpoNiB7Zm9udC1zaXplOjE4cHg7IGZvbnQtZmFtaWx5OiBBcmlhbCwgSGVsdmV0aWNhLCBzYW5zLXNlcmlmOyBjb2xvcjojMGI4OGI3OyBtYXJnaW46MDsgfQ0KaDd7Zm9udC1zaXplOjE0cHg7IGNvbG9yOiNmZjMzMDA7IGZvbnQ6IEFyaWFsO30NCi5jb3JfdmVye2NvbG9yOiNiYzRkMTB9DQouY29yX2F6dXtjb2xvcjojMGM5N2NjfQ0KLmNvcl92ZXJ7Y29sb3I6IzZhN2YxOX08L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19jdXN0b21fZmF2aWNvbjwvc3Ryb25nPiAtIDwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2VtYWlsPC9zdHJvbmc+IC0gPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fZXhjbHVkZV9jYXRzPC9zdHJvbmc+IC0gZmFsc2U8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19mZWF0dXJlZF9jYXRlZ29yeTwvc3Ryb25nPiAtIEFjdGl2aWRhZGVzPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fZmVhdHVyZWRfcG9zdHM8L3N0cm9uZz4gLSA0PC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fZmVhdF9pbWFnZV9oZWlnaHQ8L3N0cm9uZz4gLSAxOTU8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19mZWF0X2ltYWdlX3dpZHRoPC9zdHJvbmc+IC0gNTQwPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fZmVlZGJ1cm5lcl9pZDwvc3Ryb25nPiAtIDwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2ZlZWRidXJuZXJfdXJsPC9zdHJvbmc+IC0gPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fZmxpY2tyX2VudHJpZXM8L3N0cm9uZz4gLSBTZWxlY3QgYSBudW1iZXI6PC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fZmxpY2tyX2lkPC9zdHJvbmc+IC0gPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fZ29vZ2xlX2FuYWx5dGljczwvc3Ryb25nPiAtIDwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2hvbWVfb25lX2NvbDwvc3Ryb25nPiAtIGZhbHNlPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29faG9tZV9wb3N0czwvc3Ryb25nPiAtIDQ8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19pbWFnZV9kaXNhYmxlPC9zdHJvbmc+IC0gdHJ1ZTwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2ltYWdlX2hlaWdodDwvc3Ryb25nPiAtIDE3MzwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2ltYWdlX3NpbmdsZTwvc3Ryb25nPiAtIGZhbHNlPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29faW1hZ2Vfd2lkdGg8L3N0cm9uZz4gLSAyMzA8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19sb2dvPC9zdHJvbmc+IC0gaHR0cDovL3d3dy5hZnJpY2Flc3BlcmFuemEuY29tL3dwLWNvbnRlbnQvd29vX3VwbG9hZHMvOC1sb2cucG5nPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fbWFudWFsPC9zdHJvbmc+IC0gaHR0cDovL3d3dy53b290aGVtZXMuY29tL3N1cHBvcnQvdGhlbWUtZG9jdW1lbnRhdGlvbi9vcGVuLWFpci88L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19yZXNpemU8L3N0cm9uZz4gLSB0cnVlPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fc2hvcnRuYW1lPC9zdHJvbmc+IC0gd29vPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fc2hvd19ibG9nPC9zdHJvbmc+IC0gZmFsc2U8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19zaW5nbGVfaW1hZ2VfaGVpZ2h0PC9zdHJvbmc+IC0gMTAwPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fc2luZ2xlX2ltYWdlX3dpZHRoPC9zdHJvbmc+IC0gMTAwPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fdGFiczwvc3Ryb25nPiAtIGZhbHNlPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fdGhlbWVuYW1lPC9zdHJvbmc+IC0gT3BlbiBBaXI8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb190aGVfY29udGVudDwvc3Ryb25nPiAtIGZhbHNlPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fdGh1bWJfaGVpZ2h0PC9zdHJvbmc+IC0gMTQ1PC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fdGh1bWJfaW1hZ2VfaGVpZ2h0PC9zdHJvbmc+IC0gNzU8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb190aHVtYl9pbWFnZV93aWR0aDwvc3Ryb25nPiAtIDc1PC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fdGh1bWJfd2lkdGg8L3N0cm9uZz4gLSAyMTg8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb190d2l0dGVyPC9zdHJvbmc+IC0gPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fdXBsb2Fkczwvc3Ryb25nPiAtIGE6Njp7aTowO3M6NjM6Imh0dHA6Ly93d3cuYWZyaWNhZXNwZXJhbnphLmNvbS93cC1jb250ZW50L3dvb191cGxvYWRzLzgtbG9nLnBuZyI7aToxO3M6NjQ6Imh0dHA6Ly93d3cuYWZyaWNhZXNwZXJhbnphLmNvbS93cC1jb250ZW50L3dvb191cGxvYWRzLzctbG9nby5wbmciO2k6MjtzOjY0OiJodHRwOi8vd3d3LmFmcmljYWVzcGVyYW56YS5jb20vd3AtY29udGVudC93b29fdXBsb2Fkcy82LWxvZ28ucG5nIjtpOjM7czo3MToiaHR0cDovL3d3dy5hZnJpY2Flc3BlcmFuemEuY29tL3dwLWNvbnRlbnQvd29vX3VwbG9hZHMvNS1sb2dvX2NvcGlhMi5wbmciO2k6NDtzOjcwOiJodHRwOi8vd3d3LmFmcmljYWVzcGVyYW56YS5jb20vd3AtY29udGVudC93b29fdXBsb2Fkcy80LWxvZ29fY29waWEucG5nIjtpOjU7czo2NDoiaHR0cDovL3d3dy5hZnJpY2Flc3BlcmFuemEuY29tL3dwLWNvbnRlbnQvd29vX3VwbG9hZHMvMy1sb2dvLnBuZyI7fTwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX3ZpZGVvX2NhdGVnb3J5PC9zdHJvbmc+IC0gU2VsZWN0IGEgY2F0ZWdvcnk6PC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fdmlkZW9fcG9zdHM8L3N0cm9uZz4gLSBTZWxlY3QgYSBudW1iZXI6PC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fdmlkcGFnZTwvc3Ryb25nPiAtIFNlbGVjdCBhIHBhZ2U6PC9saT48L3VsPg==